A un clic de...
Savoir écouter pour mieux entendre
Test auditif
| Quoi de neuf | Infos Prévention | Plongée : 5 conseils pour éviter les douleurs d'oreille, otites, acouphènes voire plus
Espace réservé aux centres d'audition
Une question ? Besoin d'un conseil ?
contact@uneoreilleavertie.com   ou   01 45 35 03 61
| Quoi de neuf | Infos Prévention | Plongée : 5 conseils pour éviter les douleurs d'oreille, otites, acouphènes voire plus
Infos Prévention

Plongée : 5 conseils pour éviter les douleurs d'oreille, otites, acouphènes voire plus

Publié le 11/07/2018
80% des problèmes médicaux rencontrés en plongée sont liés à la sphère ORL : sinus,  trompes d'eustaches, cloison nasale et oreilles. Avant de partir parfois bien loin et profond il faut penser prévention des problèmes bénins, mais qui vont parfois jusqu’à la perte auditive et à la contrainte de suspendre ou d'arrêter votre sport passion.
 

Conseil n°1 : bien connaitre ses oreilles

Nous avons consacré un article plus détaillé à la description du système de l’audition et de l’équilibre. Retenons que le tympan membrane souple, sépare l’oreille externe en contact avec l’eau et l’oreille moyenne. Par ailleurs, l’oreille moyenne, cavité remplie d’air est prolongée par la trompe d’Eustache dont l’ouverture de façon périodique ou volontaire, permet de communiquer avec le pharynx.

Bon à savoir : les cinq premiers mètres de plongée voient la pression appliquée sur le tympan augmenter rapidement. Cette membrane se déforme alors vers l’intérieur provoquant les symptômes d’un barotraumatisme : gène, douleur voire rupture.
 

Conseil n°2 : un peu d'hygiène ORL avant la plongée

Il convient de vérifier l’absence de bouchons de cérumen, d’otites, rhume, sinusite ou allergie. Une bonne hygiène passera par un nettoyage régulier des oreilles à l’eau physiologique par exemple, sans JAMAIS de coton tige. L’huile d’amande douce est souvent recommandée pour la mobilité du tympan ou la protection du conduit, mais mon expérience favorise l’abstention de tout produit étranger. Prendre un médicament décongestionnant est un interdit, les voies nasales pouvant se reboucher, un barotraumatisme de l'oreille à la remontée est possible et la manoeuvre de débouchage de Valsava proscrite à cette étape (déglutition conseillée).

Conseil n°3 : l’équilibrage des pressions

De façon naturelle, la trompe d’Eustache s’ouvre toutes les 2/3 minutes ou pendant des mouvement des mâchoires : baillement, déglutition. Cette ouverture permet d’équilibrer les pressions entre les différentes cavités ORL. Lors de la plongée par exemple à 9 mètres, la pression sur le tympan peut doubler par rapport  à la pression de surface (2x1 bar). Seront alors réalisées des manoeuvres dont celle de Valsalva : se pincer le nez et souffler dedans avec précaution comme pour se moucher (autres mouvements : BTV pour Béance Tubulaire Volontaire ou Frenzel).

Bon à savoir : ne pas équilibrer en surface mais le réaliser doucement et dès les premiers mètres de la descente ou à la première gène.
 

Conseil n°4 : prévenir l’otite externe en cas de qualité de l’eau incertaine

Particulièrement dans les eaux chaudes (donc la Bretagne n'est pas concernée), et les zones peuplées, les oreilles peuvent se rappeler à votre souvenir, s’infecter et gâcher votre séjour. Un rinçage soigneux à l’eau physiologique est nécessaire de retour de la palanquée. Un masque particulier avec protège oreille ou une protection auditive de type bouchon spécial peut être discuté pour les sujets habituellement sensibles aux otites.

Bon à savoir : choisir alors un bouchon "Plongée" sans filtre bruit et avec valve d’équilibrage. Certains bouchons proposent jusqu’à 8 tailles différentes pour tous les conduits et une mémoire de forme pour une compression étanche. L’étanchéité à l’eau étant relative, le rinçage post plongée reste nécessaire.
 

Conseil n°5 : doucement

La descente comme la manoeuvre d’équilibrage doivent être progressives. En cas de douleur, remonter légèrement et renouveler la descente. En cas de problème persistant remonter, consulter immédiatement un médecin ou un ORL.
 
Le mot de la rédaction
Connaître les autres risques
Ces autres pathologies sont plus rarement rencontrées, il s’agit par exemple de l’otite barotraumatique aiguë avec une évolution défavorable de perforation du tympan. Autre cas, le « coup de piston », retour trop rapide du tympan à sa position d’équilibre. Le vertige alterno-barique, quant à lui, trouve son origine dans un manque de perméabilité de l’une des deux trompes d’Eustache.

Enfin terminons par l’accident de désaturation qui cumule plusieurs ou tous les symptômes : troubles de l’équilibre, vertiges, nausées et vomissements, perte d’audition et de bourdonnements observés en plongée ou après. Le directeur de plongée doit être prévenu immédiatement. Il est formé pour la prise de mesures d'urgence ou pour prendre un rendez-vous sans délai chez le plus proche ORL .
Naelle Omar (Collectif GD)
 
Crédit image : Pixabay
"Testez votre audition, maintenant..." Démarrer le test
Une Oreille Avertie Tout ouïe : les vidéos
Conseils Audition
JNA : Focus sur Acouphènes et Hyperacousie le 8 mars 2018
Infos Prévention
8ème Assises : la qualité de l'environnement sonore
Actualités Témoignages
Sorties adaptées aux malentendants 23 oct 2017
Aides auditives et protections
Conseil prix n°5 : trouver le bon audioprothésiste avant de chercher le meilleur prix ou l'Appareil avec un A
Le Son, l’Ouïe, les Diagnostics
Moi, mal entendre ? Pas du tout
Aides auditives et protections
5 conseils pour un meilleur remboursement de son appareil auditif