A un clic de...
Savoir écouter pour mieux entendre
Test auditif
| Quoi de neuf | Témoignage | Atteintes volontaires à l’audition... par les industries de l’armement et de la musique
Espace réservé aux centres d'audition
Une question ? Besoin d'un conseil ?
contact@uneoreilleavertie.com   ou   01 45 35 03 61
| Quoi de neuf | Témoignage | Atteintes volontaires à l’audition... par les industries de l’armement et de la musique
Témoignage

Atteintes volontaires à l’audition... par les industries de l’armement et de la musique

Publié le 09/05/2018
Aux pays des symboles, un des premiers signes du rapprochement des Corées en avril 2018 a été l’arrêt par la Corée du sud de la diffusion 24/24 le long de sa frontière de messages de K-pop à des fins de manipulation. Rappelons aussi, la scène culte "d’Apocalypse now" au cours de laquelle les hélicoptères US diffusaient à plein volume la "Chevauchée des Walkyries" pour paralyser les combattants viets dissimulés dans les villages de campagne.

Armes acoustiques

Anecdotiquement, rappelons pour les tintinophiles, l’invention de l'armes à ondes sonores par le professeur Tournesol dans "L'Affaire Tournesol". Plus sérieusement, et depuis la seconde guerre mondiale, les recherches vont bon train pour rechercher à utiliser le son comme arme non létale pour susciter la panique, l’épuisement, la suffocation voire la perte de maîtrise du corps des ennemis et en particulier la maîtrise des sphincters (note brune).

Une forme de torture

L’absence de longue durée de tout stimulus sonore peut provoquer des hallucinations. A contrario, à Guantanamo ou en Irak, l’uniformisation de l’ambiance sonore par exemple la diffusion continu pendant des mois de rap ou du métal en milieu carcéral a pu conduire à une privation sensorielle détruisant la personnalité des prisonniers.

La manipulation sonore

Les très hautes fréquences ou ultrasons ne sont pas entendus par les humains et ne pertubent pas le système auditif. Les basses et très basses fréquences ou infrasons sont perçues par le corps, les signes d’arrivée d’un son arrivent au cerveau mais l’oreille ne perçoit pas le son au dessous de 20Hz. Le tout est générateur d’inquiétude avec un exemple typique qui est celui du silence perçu avant un tremblement de terre. A noter que les personnes atteintes de surdité sévères perçoivent ces vibrations tactiles qui leur permettent de suivre le rythme de certaines musiques et même de danser. 
Les ultrasons, ces sons de très hautes fréquences que les humains ne peuvent entendre, ne sont pas dangereux pour le système auditif, précise M. Leroux. La preuve : on s’en sert pour faire des échographies aux femmes enceintes pour voir le bébé à naître. Or leur utilisation n’induit pas de surdité chez les bébésPr Tony Leroux Université de Montréal

Et la surdité

Si la diffusion de sons dans certaines conditions montre des propriétés incapacitantes non létales, il n'est pas exclu que certains paramètres fréquence/intensité/durée/conditions d'émission puisse altérer le système auditif   En 2017, à Cuba plusieurs diplomates américains et un diplomate canadien auraient subi dans un hôtel de la Havanne, une perte d'audition à la Havane attribuée à une arme sonore. En maintien de l’ordre, la police US utilise le canon à son appelé long-range acoustic device (LRAD) émettant des détonations sonores au delà du seuil de douleur situé de 110 à 120 décibels.
Le mot de la rédaction
Irréversible
L’ industrie des loisirs n’est pas en reste. Ainsi, la bande son des films récents Hollywoodiens est souvent terriblement saturée de basses. Groupes de musique ou réalisateurs de cinéma exploitent les infrasons et les basses pour exalter le public ou accroître le sentiment d’angoisse. Le film "Irreversible" de Gaspard Noe est révélateur à cet égard, les scènes les plus dramatiques étaient accompagnées d’un son à 27 Hz à la limite de l’audible et des infrasons. Industriels de l'armement et de la musique se rejoignent dans ces utilisations extrème du son, mais avec quelles conséquences sur le système auditif ?
Renaud Goyeneche (Collectif GD)
Source : Juliette Volcler, Le son comme arme. Les usages policiers et militaires du son, Paris, La Découverte, coll. « Hors collection Sciences Humaines », 2011, 200 p., ISBN : 9782707168856.
Crédit image : Juliette Volcler, france24.com
 
"Testez votre audition, maintenant..." Démarrer le test
Vous pourriez aussi être intéressé par :