A un clic de...
Savoir écouter pour mieux entendre
Test auditif
| Tout comprendre | Vie et Malentendance | Sport et Silence
Espace réservé aux centres d'audition
Une question ? Besoin d'un conseil ?
contact@uneoreilleavertie.com   ou   01 45 35 03 61
| Tout comprendre | Vie et Malentendance | Sport et Silence
Vie et Malentendance

Sport et Silence

Donnons une parole d'introduction à ce thème à un célèbre anonyme : "Le sport ne fait pas vivre plus vieux, mais fait vivre plus jeune."

1888

Remontons le temps pour nous arrêter en 1888, date de la création du premier club sportif destiné aux sourds à Berlin pour répondre à la question de la communication spécifique de ces sportifs, à une période où les sourds étaient décrits comme des personnes intellectuellement et linguistiquement inférieures.

Entre les deux guerres mondiales

Plus tard, vers 1924, le français Eugène Rubens-Alcais participe à la création du CISS ou Comité International des Sports Silencieux, qui organise à Paris "Les jeux silencieux".

Ceux-ci ont perduré jusqu’à aujourd’hui sous l’impulsion de Eugène Rubens-Alcais sous un nouveau nom : les  "Deaflympics" déclinées commes les Jeux Olympiques en jeux d’été et jeux d’hiver..

Ainsi,  l’été 2017, se sont tenus à Samsun en Turquie, les 23èmes  "Deaflympics" d’été réunissant 55 athlètes.
Et les jeux paralympiques ? Rien à voir vous répondront les dirigeants de Deaflympics, les sourds sont des invisibles qui ne se sentent pas handicapés dans la pratique du sport.

La différence avec des bien-entendants réside dans de petites différences à l’origine d’écart majeur sur la ligne d’arrivée : apprentissage des mouvements, communication entre sportifs et communication avec le terrain (exemple : le sol selon sa nature ne résonne pas de la même manière), la proximité d’un autre joueur.
Les Deaflympics n'ont rien à voir avec les jeux paralympiques.

Une forte identité culturelle

Au-delà de la déficience auditive, les sourds se rassemblent en identité culturelle avec leur propre langue, non parlée par les autres personnes atteintes d’autres types de handicap et non compatible avec des dirigeants sportifs bien entendants.

À la clé, un lien social fort et un gain majeur en confiance de soi, deux valeurs essentielles mises en exergue par  l’Union Européenne dans son Livre blanc sur le sport !

Certains sports plus accessibles

Les sourds se sont cependant illustrés dans certains sports individuels où la déficience auditive n’était pas disqualifiante. Les jeux olympiques ont vu sur le podium, l’escrimeuse hongroise Rejto ildiko, et les nageurs Jeff James Float et Terence Parkin.


Le vélo a été massivement pratiqué par des malentendants dès la fin du 19ème siècle comme l’a bien décrit Patrice Gicquel, lauréat du Prix « Mains d’Or II » en 2004 dans son essai « Un siècle de vélo au pays des Sourd ».
Le marathon est également très pratiqué.

Foot et culture sourde

Le mot de la rédaction
Nous laisserons le mot de la conclusion à un sportif doublé d'un talent de plume
“Je voulais montrer que j’étais capable de faire cette épreuve. C’est pour les sourds, pour être un exemple et dire que c’est possible » disait Laurent Marsollier sourd et co-auteur de “La vie en courant” livre témoignage sur la victoire d’un marathon en pays de Vitré.
"Testez votre audition, maintenant..." Démarrer le test
Vous pourriez aussi être intéressé par :