A un clic de...
Savoir écouter pour mieux entendre
Test auditif
| Tout comprendre | Vie et Malentendance | La surdité : maladie professionnelle
Espace réservé aux centres d'audition
Une question ? Besoin d'un conseil ?
contact@uneoreilleavertie.com   ou   01 45 35 03 61
| Tout comprendre | Vie et Malentendance | La surdité : maladie professionnelle
Vie et Malentendance

La surdité : maladie professionnelle

La surdité professionnelle est définie comme une atteinte auditive provoquée par les bruits lésionnels avec déficit d’au moins 35 dB de la meilleure des deux oreilles, irréversible, ne s’aggravant plus après l’arrêt de l’exposition.
Elle est inscrite au tableau n°42 des maladies professionnelles dans le décret n° 63-405 du 10 avril 1963 (JO du 20 avril 1963) mis à jour par le Décret du 25 septembre 2003. Il s’agit d’une des maladies les plus coûteuses pour l’Assurance Maladie avec pour les rentes, un coup total représentant 33% des rentes versées par la Sécurité Sociale et des coûts moyens avancés de 100000€ par déclaration.

Les statistiques

Des statistiques de déclaration en 2012 donnaient la surdité pour la cause n°3 des maladies professionnelles derrière l’amiante et les TMS ou Troubles musculo-squelettiques.

L’étude montre 1020 cas déclarés dont 936 de plus de 50 ans. Mais il faut tenir compte de plusieurs milliers de cas non déclarés ou exclus du champ du tableau.

Ainsi, une enquête plus ancienne des médecins du travail montrait une proportion de 27% des salariés exposés à un bruit d’intensité supérieure à 85 dB. La survenue progressive de cette maladie est défavorable à sa déclaration.

Le salarié soustrait au bruit retrouve son audition mais peut constater dans la vie de tous les jours et ultérieurement des pertes et des acouphènes.

Les seuils à connaitre

Rappelons les seuils : 65 à 70 dB pour le seuil d’inconfort, 85 dB est le seuil qui, dépassé sur le lieu de travail, impose à l’employeur la fourniture de protections anti-bruit information et signalétique.

Le seuil de danger théorique de 90 dB dépend aussi de l’intensité, ainsi que la durée d’exposition alors que le seuil de douleur peut être plus élevé, à 110 dB.

Quelles professions sont elles concernées ?

Les métiers exerçant les activités à risque définies par le tableau 42 sont multiples etsontretenues les situations générant à des niveaux sonores supérieurs à 80 dB(A).

Si les activités tertiaires générent de faibles bruits autour de 40 dB, les activités industrielles mettent en oeuvre des machines qui dépassent souvent 100 dB !

La prévention

La réduction des bruits à la source incombe à l’employeur : revêtement amortissant isolant etc.

La surveillance par la médecine du travail est également sous la responsabilité de l'employeur : à 85 dB ou quand le niveau de pression acoustique de crête dépasse 135 dB, un travailleur doit passer une visite médicale, être déclaré apte puis surveillé.

Les dossiers médicaux sont légalement conservés 10 ans après cessation de l’exposition. L’employeur assure enfin la fourniture d’EPI sous forme de protections anti-bruit, informations et signalétique.
"Testez votre audition, maintenant..." Démarrer le test
Une Oreille Avertie Tout ouïe : les vidéos
Aides auditives et protections
Comprendre les appareils auditifs
Acouphènes & Syndromes
Acouphènes
Aides auditives et protections
Assistants d'écoute : les questions